Les raisons du non(moindre)-recours à la formation

Enquête en cours de réalisation par Manuella Roupnel …

Hissée de plus en plus au rang d’impératif pour conserver son emploi ou en retrouver un, la formation est en outre appréhendée dans une approche individualisante et dans la perspective de sécurisation des trajectoires professionnelles. Pourtant l’accès des candidats à celle-ci est heurté de multiples problèmes et traversé par de larges disparités (de catégorie professionnelle, de diplôme, d’âge, de sexe…). Cette enquête ambitionne d’interroger le regard que les chômeurs portent sur la formation ainsi que son rôle dans leur chance de réinsertion professionnelle.

Une enquête de la DARES en 2013 révèle qu’un peu plus de la moitié des demandeurs d’emploi déclare avoir éprouvé des difficultés pour accéder à la formation et notamment aux formations qualifiantes[1]. Les raisons connues ou pressenties à cet état de fait sont de plusieurs ordres. Il est possible, sur les pas de Philippe Warin (2008, 2013), d’interroger le type de motifs qui sous-tendent le non-recours aux droits à la formation en trois catégories distinctes[2]. Le premier type de problème relevé dans un rapport sur « La formation professionnelle des demandeurs d’emploi » (Marx, 2010) est celui de la méconnaissance des formations disponibles. Y compris dans les entreprises, pourtant toutes soumises à l’obligation d’y consacrer une partie de la masse salariale, l’offre de formation n’est pas considérée comme connue par tous les salariés. Les problèmes sont plus prononcés pour les demandeurs d’emploi qui font face à plusieurs interlocuteurs possible : « Les financeurs, l’Etat, les Régions ne disposent pas en temps réel d’une information sur le nombre de places de formation « occupées » par rapport au total des places financées. Quelles sont les places disponibles, les taux de saturation…? » (Marx, 2010, p. 38). Il faut ajouter à cela l’aspect pléthorique et disparate de l’offre, son manque de visibilité et de lisibilité qui résulte en bonne partie de la variété des financeurs de formation (Région, Pôle Emploi, Etat, Agefiph) et donc d’«  un chevauchement des dispositifs, des actions, de leur calendrier de programmation et souvent (à) une superposition des critères d’entrée dans les actions»[3].

Le deuxième grand type d’obstacle que l’on peut repérer est qu’en dépit de leur souhait d’entrer en formation, les individus s’en sentent empêchés en raison notamment (mais pas seulement) du coût qu’elle représente. Celle-ci est en effet considérée comme trop chère par 42% des personnes au chômage souhaitant faire une formation (contre 28% des personnes en emploi[4]) et 37% déplorent ne pas avoir reçu le soutien d’un organisme public et 30% de leur employeur (Aude et Pommier, 2013). La différence entre chômeur et salariés provient certainement du fait que le financement de la formation est en grande partie assuré par les entreprises, celles-ci concourant à plus de 40 % des dépenses nationales dans ce domaine (Aude, Pommier, 2013, p. 34).

Enfin, il faut ajouter la non-demande exprimée par les demandeurs d’emploi[5] . Parmi les personnes au chômage ne souhaitant pas faire de formation, 71% déclarent ne pas en avoir le besoin (79% des personnes en emploi). Les origines de ce qui est désigné comme un manque « d’appétit » ou « d’appétence » à la formation (Fournier, 2004) sont encore mal identifiées mais semblent à chercher dans la perception de celle-ci et dans les bénéfices perçus en termes d’insertion professionnelle ou de maintien dans l’emploi.

« L’intériorisation de schémas tels que le fait de s’estimer d’un niveau trop faible, de se sentir diminué ou trop âgé, d’entretenir une distance avec un monde de la formation jugé peut-être trop académique, affecte tout particulièrement une frange de la population privée d’emploi qui considère alors que la formation n’est pas pour elle. » (Fournier 2004)

Cette recherche ambitionne d’apporter un éclairage sur les freins à la formation des chômeurs, notamment pour les moins qualifiés d’entre eux, en recherchant les déterminants sociaux influençant ce qui est trop vite considéré comme une moindre inclination pour la formation.

Un deuxième type de questionnement portera sur les effets de la formation sur la réinsertion professionnelle. Il faut ajouter les difficultés à présenter son rôle réel sur l’insertion professionnelle, notamment quand celle-ci est suivie hors du cadre de l’entreprise. C’est aussi dans le contexte économique et social de l’entreprise que s’appréhende mieux l’adéquation entre la demande de compétences et l’offre de celles-ci, la situation du devenir des chômeurs en formation étant mal connue.


[1] « 55 % des personnes qui se déclarent au chômage à la date de l’enquête auraient souhaité suivre une formation au cours des 12 mois écoulés (ou une formation supplémentaire, s’ils en ont déjà suivi au moins une), mais leur projet n’a pas abouti ; cette proportion n’est que de 37 % parmi les personnes ayant un emploi.(Aude, Pommier, 2013)

[2] Il discerne un non-recours dû la non-connaissance. Les personnes ne recourent pas à leur droit ou aux services auxquels elles pourraient prétendre car elles ne savent pas et donc n’en font pas de demande. Le problème pointé ici est celui de l’accès à l’information et de l’état de la communication. Philippe Warin a distingué un deuxième type de non-recours qu’il qualifie secondaire, le non-recours par non-réception : les personnes sont empêchées de recourir à leur droit bien qu’elles en aient fait la demande. Elles ne peuvent y recourir pour des raisons pas uniquement procédurales : due à la complexité des démarches mais pour d’autres raisons

[3] Document cadre relatif à la formation professionnelle, non daté, non signé, p. 4

[4] Outre le coût de la formation, les responsabilités familiales pour 39% des personnes en emploi (Aude, Pommier, 2013)

[5] « Parmi les personnes au chômage, 45 % n’ont pas souhaité suivre de formation supplémentaire, voire pas de formation du tout.» (Aude, Pommier, Source : Insee, enquête sur la Formation des adultes 2012.).

Bibliographie en cours

Journée d’étude 16 octobre 2014 à la MSH Ange-Guépin CPER 10 LLSHS

 

Le projet OUEST se prolonge au travers de l’action CPER 10 LLSHS qui ambitionne de former une communauté de recherche au niveau de la région Pays de la Loire, autour des questions de chômage, d’emploi et d’activité flexible. Parmi l’ensemble des axes pouvant se dégager, celui du non-recours ou du très faible accès à la formation des demandeurs d’emploi ouvre un champ d’étude peu investigué bien que situé au cœur des mesures gouvernementales de lutte contre le chômage. Ouverte aux universitaires économistes, géographes, juristes, psychologues, sociologues ou sciences de l’éducation dont les travaux portent sur le marché du travail, la journée d’étude du 16 octobre 2014 sera aussi l’occasion de faire émerger diverses thématiques telles que : les mécanismes de discrimination à l’embauche, la conciliation vie professionnelle / vie familiale, les  effets du chômage et de la précarité professionnelle sur la santé et les relations sociales, les dynamiques du marché de l’emploi, les dispositifs d’insertion….

Manuella Roupnel

AAC J.E Chômage, sous-emploi et activité flexible juillet