« L’accès aux droits et le non-recours en questions » : journée d’étude de la CNAF – Le 09/12/2014

La Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) organise le 9 décembre 2014 (9h30-17h) une journée d’étude sur le thème de l’accès aux droits et du non-recours (« L’accès aux droits et le non-recours en questions ») à la Maison de la Mutualité (24 rue Saint  Victor, 75005 Paris).

Résumé: L’accès aux droits est un axe majeur de l’action des caisses d’allocations familiales et la thématique de nombreux travaux d’études et de recherches soutenus par la Caisse nationale des Allocations familiales. Au programme de cette journée d’études sur l’accès aux droits et le non-recours : des travaux récents en matière d’accès aux droits et aux prestations et des échanges entre chercheurs et représentants des administrations et des associations au sujet des moyens de lutte contre le non-recours. Son objectif est également de recueillir des pistes de recherches et d’études à mener pour enrichir les réflexions de la branche Famille.

Pour plus d’informations et le programme de la journée: programmeDseraccesdroits

XVème Atelier International de Recherche et d’Actions sur les inégalités sociales et les discriminations – Grenoble -24 oct. 2014 – Odenore/CREMIS

 

INVITATION

XVème Atelier International de Recherche et d’Actions

sur les inégalités sociales et les discriminations

Les inégalités sociales et le recours aux soins et aux services sociaux :

Freins et innovations dans les pratiques d’accompagnement et de reconnaissance

 Hôtel de Ville de Grenoble, 24 octobre 2014 de 9h à 17h

 

INSCRIPTION GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES SUR LE SITE

http://aira.sciencesconf.org/

 

  • Organisé par l’Observatoire des non-recours aux droits et services (ODENORE) et
  • le Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS).

 

Les équipes de l’Odenore et du Cremis ont le plaisir de vous inviter à participer au XVème Atelier International de Recherche et d’Actions sur les inégalités sociales et les discriminations, le vendredi 24 octobre 2014, de 9h à 17h, à l’Hôtel de Ville de Grenoble.

 

Cette journée ouverte au public sera l’occasion de mettre en discussion le contenu d’une semaine de travail autour du thème :

 

« Les inégalités sociales et le recours aux soins et aux services sociaux : freins et innovations dans les pratiques d’accompagnement et de reconnaissance ».

 

L’intention de ces ateliers est de rassembler des acteurs concernés par la thématique et issus d’horizons différents (professionnels du travail social, responsables institutionnels, responsables politiques, représentants d’usagers, militants, chercheurs, étudiants…) afin de s’enrichir collectivement du croisement des regards, des approches et des savoirs.

 

Nous souhaitons des participants à cette journée de restitution/mise en discussion qu’ils prennent toute leur place dans cette dynamique collective et puissent venir y puiser de quoi nourrir leurs réflexions et leurs pratiques !

CONTACT : aira@sciencesconf.org

Camille GUIPOUY

Sciences Po Grenoble

Stagiaire à l’ ODENORE

Observatoire DEs NOn-REcours aux droits et services

Synthèse de l’intervention – Congrès Mondial de Science Politique (IPSA) – Montréal – Juillet 2014

Julie Voldoire interviendra au congrès de l’IPSA qui a lieu pour son édition 2014 à Montréal autour d’une communication intitulée: « Reproduire les inégalités au sein d’un dispositif de démocratie participative: le Comité d’usagers d’un centre communal d’action sociale (CCAS) » et dont voici le résumé:

« Cette communication entend analyser les logiques d’inclusion et d’exclusion d’ayants droit au sein d’une institution du social : un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Pour ce faire, nous étudions un des dispositifs de démocratie participative mis en place par cette dernière, à savoir son Comité d’Usagers (CU). Dans le cadre d’une recherche portant sur l’accès aux droits et aux services sociaux, nous avons effectivement investi le CU de ce CCAS qui, pour son quatrième mandat, avait mis sur pieds un groupe de travail intitulé : « améliorer l’accès aux droits et aux services sociaux ». Cet argumentaire repose sur l’exploration de six focus group réalisés avec les usagers du groupe de travail susmentionné, d’entretiens individuels conduits avec certains des participants et de deux observations participantes (plénières du CU). Cette investigation empirique a révélé une tension : la compréhension par les participants des règles du jeu institutionnel, voire une intériorisation de l’injonction « à être ce que l’institution veut que l’on soit » versus les manières dont ces mêmes participants tentent d’infléchir l’injonction « à être » et « à agir ». Qu’est-ce que les regards portés par les usagers sur la question de l’accès aux droits et aux services sociaux permettent de comprendre du processus délibératif que le CU est censé incarner ; une délibération qui ne s’effectue pas sans contraintes ? Dit autrement, le Comité d’Usagers s’inscrit-il bien dans une démarche de démocratie participative ou est-on face à un paradoxe au sens où la liberté d’expression ne serait qu’illusoire ?
Comment cette instance rend-elle particulièrement saillante les logiques d’inclusion et d’exclusion à l’œuvre au sein de l’institution ? Il s’agit donc de faire l’’hypothèse que le rôle de « représentant » qui est donné à ces usagers et la forme de requalification sociale qui est idéalement attachée à ce rôle sont largement mis en péril au point de reproduire les inégalités préexistantes : actif/chômeur, homme/femme, migrant/non-migrant etc. »

Cette intervention fait notamment suite à l’enquête conduite au sein de l’axe 3 du projet OUEST.

Pour plus d’information sur le congrès: http://www.ipsa.org/my-ipsa/events/montreal2014/panel/political-participation-social-movements-and-their-effects-quality

Pour une synthèse de l’intervention: IPSA_JulieVoldoire

Intervention – Journée d’étude « Cibler, produire, mobiliser… gouverner les publics de l’action publique » (suite des travaux de l’axe 3)

Suite aux travaux conduits dans le cadre de l’axe 3 du projet OUEST, une intervention aura lieu dans le cadre de la Journée d’étude « Cibler, produire, mobiliser… gouverner les publics de l’action publique », organisée par le CEJEP (Université La Rochelle), PACTE (Université/IEP de Grenoble) et le Réseau « Publics, then, now and beyond » (Open University). Les responsables scientifiques de cette journée sont Alice Mazeaud (Université de la Rochelle) et Guillaume Gourgues (Université de Franche-Comté).

Elle aura lieu le 13 juin 2013 à la Faculté de droit, de Sciences politiques et de gestion, Université de La Rochelle.

Pour consulter le programme détaillé de cette JE: programme JE Publics Def

Programme et inscription – Colloque « Le non-recours en débat »

L’ensemble de l’équipe du projet OUEST (Offre, Usages et Expertise des Services au profit du Territoire) a le plaisir de vous inviter au :

Colloque

« Le non-recours en débat.

Expériences et usages des droits et des services sociaux

parmi les professionnels et les ayants droit » 

Vendredi 6 décembre 2013

8h30 / 17h30

Université d’Angers

SFR Confluences

Faculté des lettres, langues et sciences humaines,

 5 bis Bd Lavoisier | Angers

Réservation obligatoire avant le 2 décembre 2013

 

Ce colloque ambitionne de débattre du « non-recours » aux droits et aux services sociaux (logement, énergie, emploi, crédit, santé, etc.)

Il s’adresse à l’ensemble des acteurs impliqués dans le champ de l’action sociale et médico-sociale, aux chercheurs en Sciences Humaines et Sociales et à toute personne intéressée par la thématique de l’accès aux droits et aux services sociaux.
Vous trouverez le programme détaillé et le bulletin d’inscription pour cette manifestation en cliquant sur les deux liens suivants: 

Programme Colloque OUEST 

Bulletin d’inscription colloque OUEST

Renseignements :

MSH Ange-Guépin

Marie Guillet / Julie Voldoire – 02 40 48 39 51

colloque.ouest@gmail.com

 

 

 

Conférence – Accès aux droits et égalité de traitement (23/11/2013)

L’équipe du projet OUEST interviendra le 23 novembre 2013 dans le cadre de la manifestation Mix’Cité organisée par la Ville d’Angers (Cité des Congrès). Dans le cadre des cinq conférences prévues, Julie Voldoire animera l’une d’elle. Ce cycle de conférences s’organise comme suit :

14h-15h : Accès aux droits, égalité de traitement (Julie VOLDOIRE)

15h15-17h15 : Comment réduire les écarts pour garantir l’accès à l’emploi (Patrick SCHARNITZSKY, Jean-Baptiste DROUET, Jack JEROME, Didier SIMON)

15h15-16h30 : Plus d’égalité dans la différence – La place des familles dans les structures éducatives (Jacqueline COSTA LASCOUX)

17h30-18h45 : L’accès aux soins : pour tous ?  (Jacques DUBIN)

17h30-19h : L’humanité au pluriel, la génétique et la question des races (Bertrand JORDAN)

Pour plus d’informations sur les intervenants: http://www.my-angers.info/11/19/angers-mixcite-cinq-conferences-pour-reflechir-et-debattre/35181.

D’autres manifestations sont prévues autour de cette journée (expositions, films etc.).

L’entrée est libre et gratuite. Pour toute information complémentaire, merci de contacter :

VILLE D’ANGERS

Mission Égalité-Diversité

Tél. : 02 41 05 40 90

www.angers.fr

 Pour visualiser le programme: programme_angers_mixcite_2013_web

Suite aux rencontres sur la précarité énergétique : le point de vue de Ouest France

Pour faire suite à l’intervention de l’équipe OUEST (Julie Voldoire et Samuel Delépine) aux rencontres de la précarité énergétique organisées par EDF OUEST, vous trouverez ci-joint un article publié par Thierry Ballu dans Ouest France le 6 novembre 2013.

Pour visualiser l’article, vous pouvez vous reporter au lien suivant: OF 6_11_2013

 

 

Non-recours et précarité énergétique – Intervention au forum EDF (5 novembre 2013)

L’équipe du projet OUEST interviendra le 5 novembre 2013 dans le cadre des « Rencontres de la précarité énergétique » organisées par le groupe EDF OUEST qui auront lieu à la Cité des Congrès de Nantes.

Cette intervention prendra la forme d’une participation à une table-ronde portant donc spécifiquement sur le « non-recours« . Outre l’équipe OUEST seront présents : Alain Robert (Conseil général de Loire Atlantique), Danielle Alexandre (Secours Populaire de Loire Atlantique), Patricia Maupas (PIMMS Unir la ville), Gilles Morel (UDAF 35), Rose-Marie Véron (Ville d’Angers) et Michel Gonord (EDF).

Cette intervention préparée par Julie Voldoire et Samuel Delépine  s’inscrit notamment dans le cadre des travaux qui sont conduits au sein de l’axe 2 du projet OUEST: « Accès au logement et précarité énergétique ».

Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur ces rencontres ainsi qu’un bulletin sur le site d’EDF au lien suivant:

http://rencontresprecariteenergetiqueouest-edf.fr/accueil.aspx.

Atelier micro-crédit à Rezé les 16 et 17 octobre 2013

Les 16 et 17 octobre 2013 aura lieu un atelier sur le micro-crédit au forum interne du développement durable de la mairie de Rezé.

Ce forum a pour objectifs de présenter des actions mises en place dans les services en faveur du développement durable, de favoriser les échanges entre services autour du développement durable et de mettre les services et les agents en action dans la problématique de développement durable. Un atelier sera consacré au fonctionnement du micro-crédit personnel sur Rezé en lien avec le Crédit Mutuel et les enjeux du recours à ce dispositif par Pascale Moulévrier. Cette intervention est à inscrire dans l’axe 1 du projet OUEST

Pour plus d’informations sur le déroulé et le contenu de cet atelier, cf. le lien suivant : Intervention forum développement durablev4 oct2013

« Le non-recours est devenu un fait social très en vogue »

L’équipe scientifique du projet OUEST (Manuella Roupnel et Julie Voldoire) a été interviewée par Le Canard Social. Les propos ont été recueillis par Frédérique Letourneux et ont donné lieu à l’article suivant : « Le non-recours est devenu un fait social très en vogue » publié le 16 mai 2013 dans Le Canard Social.

Présentation de l’article : « Comment expliquer le non-recours à certaines aides sociales d’urgence ? Tel est l’un des axes de recherches du projet de recherche Ouest financé par la région Pays de la Loire. Entretien avec Manuella Roupnel et Julie Voldoire, les deux sociologues qui travaillent sur le sujet. Premières pistes et résultats. »

Lien vers l’article :

http://www.lecanardsocial.com/ArticleFil.aspx?i=1173

 

 

 

Un an plus tard… bilan de l’investigation empirique au CCAS d’Angers

En juillet 2012 l’équipe du projet OUEST amorçait l’enquête avec le CCAS d’Angers concernant son axe 3. Nous revenons, un an plus tard, sur le chemin accompli en termes d’investigation empirique.

  • Juillet 2012-février 2013 : réalisation de 31 entretiens avec des professionnels du CCAS d’Angers (agents d’accueil, travailleurs sociaux, responsables de pôles, direction etc.). Ce travail poursuit l’objectif de rendre compte des manières dont les professionnels du social s’emparent ou non de la catégorie de « non-recours aux droits et aux services sociaux », de comprendre comment cette catégorie peut influencer ou non leurs pratiques professionnelles. A l’issue de ce terrain, il nous semble notamment important de prendre au sérieux dans l’analyse les controverses pouvant se faire jour à ce sujet au sein de l’institution.
  • Septembre 2012-juillet 2013 : conduite de 31 entretiens avec des ayants droit sur le territoire Angevin. Ce corpus compte des trajectoires non pas représentatives mais tout du moins singulières des usagers ou usagers potentiels du CCAS d’Angers. En effet, le corpus se caractérise par une grande diversité de parcours qui permettra la prise en compte de variables sociologiques plurielles dans l’analyse. Ici, nous avons mené les entretiens en nous attachant à décrire les rapports à l’institution saisis en terme d’expériences.
  •  Septembre 2012-avril 2013 : mise en place de 6 séances de focus group en s’appuyant sur le Comité d’Usagers du CCAS et plus particulièrement sur le groupe chantier « accès aux droits et aux services sociaux ». Ces entretiens collectifs ont réuni une vingtaine de personnes (membres du comité d’Usagers). Ils ont été l’occasion moins de travailler sur les expériences que de débattre sur le non-recours.

Ce travail a conduit à la rédaction d’une communication pour le prochain congrès de l’AFS (Septembre 2013, Nantes) intitulée: « Les Comités d’Usagers à l’épreuve du non-recours aux droits. Une participation encadrée, une participation tiraillée » (Manuella Roupnel, Julie Voldoire).

  • Pour compléter ce travail de terrain plusieurs observations non-participantes ont été faites en divers lieux du CCAS : accueil social, lors des visites à domicile, événements institutionnels, réunions internes etc. donnant une dimension ethnographique à cette investigation empirique.

Nous remercions ici très sincèrement le CCAS d’Angers pour son implication, avec nous, dans ce travail de terrain.

Les réflexions avancent avec le CCAS d’Angers

Dans le cadre de la recherche conduite avec le CCAS d’Angers (axe 3 du projet OUEST – Accès aux aides municipales d’urgence), deux bilans provisoires ont été faits avec des professionnels du social du territoire angevin.

Le premier événement était à l’initiative de l’équipe de recherche du projet OUEST: petit-déjeuner de restitution auprès des professionnels du CCAS d’Angers (25 mars 2013). Il s’est agi d’échanger avec une vingtaine de professionnels du CCAS qui s’étaient impliqués dans l’enquête notamment en acceptant de participer à des entretiens semi-directifs approfondis conduits entre juillet 2013 et février 2013. Ce temps a permis de travailler conjointement aux hypothèses de travail en cours d’élaboration et ainsi de les valider ou de les invalider. En témoigne le débat que nous avons pu avoir autour de la question suivante: l’apparition de la préoccupation « non-recours » au sein de l’institution est-elle le reflet d’une volonté de renforcer la cohésion sociale ou le témoin d’une « politique de la compassion »? Cette rencontre a donc permis de préciser les objectifs et ambitions de l’axe 3 du projet OUEST.

Le  deuxième événement était, quant à lui, à l’initiative du CCAS d’Angers. En effet, nous avons été conviés, à participer au sein de l’Institut Municipal à participer à l’un des Ateliers de la Solidarité (18 avril 2013). Hormis l’équipe du projet OUEST, l’ANSA (Agence Nouvelle des Solidarités Actives) avait également été conviée. L’intervention de Vanessa Ly (ANSA) et celle de OUEST (Julie Voldoire) ont permis d’étayer deux regards sur la question du non-recours aux droits et aux services sociaux. La première intervention (ANSA) a été l’occasion de faire un bilan à partir de réflexions conduites à l’échelle nationale alors que la seconde intervention (OUEST) a développé un point de vue localisé (territoire angevin). Le public était composé de professionnels du social (institutions et associations) qui ont permis des échanges fructueux et ont ouvert à de potentiels nouveaux partenariats pour OUEST.

Pour synthétiser ces deux événements, une pièce jointe (Pdf) peut-être consultée: PremièreSynthèse_Travaux_Angers

Appel à communications – Colloque – 6 décembre 2013

Le non-recours en débat.

Expériences et usages des droits et des services sociaux

parmi les professionnels et les ayants droit.

 

Appel à communications pour le colloque international francophone du projet OUEST (Offre, Usages et Expertise des Services au profit du Territoire), Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin (Nantes).

 

Date et lieu :

6 décembre 2013

Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers – Confluences (SFR 4201)

 

Depuis les années 1930 en Grande-Bretagne et plus tardivement en France (1990), on assiste à un processus de mise en lumière du phénomène de non-recours – notamment sous l’impulsion du monde académique. Le non-recours à un droit ressortirait du calcul différentiel entre population potentiellement éligible aux droits et aux services sociaux d’une part et population éligible et effectivement bénéficiaire d’autre part. Par la suite, la définition du non-recours s’est complexifiée.

Or, c’est cette complexification que nous souhaiterions interroger ici : suffit-il de décrire et de mesurer le non-recours aux droits et aux services pour en faire directement un objet sociologique ? Certes, il est pertinent de faire du non-recours une porte d’entrée pour comprendre ce qui empêche – autant que ce qui peut potentiellement faciliter – l’accès aux droits et aux services sociaux. Toutefois, pour l’appréhender véritablement comme un fait social, nous invitons les contributeurs à considérer notamment trois approches.

Un premier mode d’entrée consiste à saisir les représentations et pratiques indigènes – des ayants droit et des professionnels de l’action sociale – et amène à se questionner sur les manières dont le non-recours est éprouvé.

Aussi nous prêterons attention aux façons dont les bénéficiaires (potentiels) appréhendent leur condition sociale, les statuts administratifs qui leur sont parfois assignés, et ainsi nous interrogerons leurs représentations de la citoyenneté sociale (droits et devoirs, solidarité, lien social etc.). Nous serons plus spécifiquement attentifs à la relation entretenue avec les institutions du social (associations, administrations, collectivités locales etc.) et les professionnels (travailleurs sociaux, permanents associatifs, agents d’accueil etc.) qu’ils rencontrent et côtoient au cours de leurs démarches. En ce sens, ce colloque interrogera les expériences du non-recours : comment est-il pensé et vécu par les ayants droit ? En outre, puisque les représentations et pratiques du non-recours ne sont jamais seulement cognitives mais aussi normatives, une interrogation sur les sens donnés aux usages, mésusages et non-usages des dispositifs autant que sur les facteurs explicatifs semble indispensable : que signifie « être en situation de non-recours » (choix, imposition etc.) ? Quelles sont les raisons (conditionnalité des aides, complexité des démarches administratives, obstacles psychologiques etc.) du non-recours ?

Dans cette même perspective, nous entendons également cerner les acceptions que les professionnels donnent au non-recours. En effet, cette catégorie, introduite au sein des institutions du social, fait l’objet d’un usage – qu’il faudra qualifier – parmi les professionnels. Nous chercherons à comprendre comment cette catégorie soit devient un instrument opérant dans les pratiques professionnelles au point d’être, parfois, un instrument pour la mise en œuvre de politiques publiques ; soit, à l’inverse, est écartée questionnant alors les raisons qui conduisent les professionnels à vouloir mettre le non-recours de côté. En effet, si cette catégorie fait l’objet d’une utilisation toujours plus récurrente, elle n’est pas exempte de critiques ; certains professionnels ne dénoncent-ils pas, en refusant d’en faire usage, la conduite d’une politique des « bons sentiments » à la mise en œuvre difficile ?

Quoiqu’il en soit – et ce sera le deuxième mode d’entrée – nous invitons les contributeurs à se pencher sur les impensés des usages des droits et des services sociaux. En d’autres termes, nous voudrions prendre au sérieux la question suivante : qu’est-ce que le non-recours peut permettre de penser qu’il n’aurait pas été possible d’envisager sans lui ? Ce questionnement est d’autant plus intéressant que la terminologie de non-recours fait, comme précédemment souligné, débat parmi les professionnels de l’action sociale mais aussi parmi les élus, les gestionnaires ou encore les chercheurs. Ce sont ces positionnements autant que les termes de ce débat que ce colloque se propose d’investiguer.

Effectivement, prendre pour point de départ le non-recours pour penser l’accès aux droits et aux services donne la possibilité d’interroger, à nouveaux frais, des termes plus classiques et davantage utilisés pour décrire le secteur de l’intervention sociale : égalité, justice sociale, solidarité, affiliation versus désaffiliation etc. Ainsi, le non-recours pourrait donner l’occasion de réfléchir différemment la terminologie de l’intervention et des politiques sociales.

De surcroît, le non-recours semble heuristique en tant qu’il met en exergue des tensions qui structurent les politiques sociales oscillant en particulier entre : promotion d’une protection sociale versus contrôle d’éventuels détournements de droits, compassion versus suspicion, redistribution versus négation du principe de solidarité. Ces tensions se trouvent d’autant plus accentuées dans un contexte de crise économique où les besoins sont plus nombreux et les ressources plus limitées. De ce fait, la question suivante mérite d’être posée : dans quelle mesure le non-recours révélerait ces tensions et en quoi ces dernières nous éclaireraient-elles sur les transformations socio-historiques de l’action sociale en France mais aussi à l’étranger – plus particulièrement en Europe ?

Dans cette optique, on voit comment le recours – ou le non-recours – aux droits et aux services sociaux est à considérer en lien avec les populations concernées et mérite d’être saisi à l’aune des problématiques posées par la pauvreté (perceptions, prise en charge etc.). Aussi en interrogeant spécifiquement le lien entre non-recours et pauvreté, nous nous demanderons si ce dernier tend à susciter de nouvelles catégorisations de la pauvreté ou à l’inverse s’il renforce les catégorisations existantes et le cas échéant, comment ?

Un troisième mode d’entrée méthodologique conduirait à une réflexion sur l’articulation non seulement des méthodes qualitatives et quantitatives pour saisir le recours ou le non-recours aux droits et aux services mais surtout permettrait de s’interroger comme suit : cette articulation des méthodes permet-elle de multiplier les points de vue sur les obstacles dans l’accès aux droits ? Et peut-elle permettre une réflexion sur la terminologie employée pour décrire ces phénomènes distincts que sont par exemple le « décrochage » dans les parcours vers l’accès aux droits ou la « mise en retrait complète » vis-à-vis des institutions du social ?

 

Hormis les questionnements transversaux susmentionnés, ce colloque s’organisera autour de quatre axes thématiques – qui prendront la forme d’ateliers – croisant les approches micro-, méso- et macrosociologiques. Nous serons notamment attentifs aux travaux mobilisant des terrains étrangers – et optant pour une démarche comparatiste – et à ceux qui prendront en compte la dimension socio-historique du phénomène étudié. Dans chacun des ateliers des communications d’une vingtaine de minutes seront discutées par des chercheurs et des professionnels de l’intervention sociale. Sans qu’ils aient vocation à réduire les choix des contributeurs, quatre axes de recherche pourront être privilégiés.

 

Axe 1 – L’émergence d’un champ : le non-recours aux droits et aux services sociaux

 

Deux entrées seront privilégiées dans cet atelier. La première donnera l’occasion de réfléchir à une sociogenèse du non-recours qui nécessitera non seulement de resituer, de dater et de comprendre les raisons de l’apparition de la catégorie dans les sciences humaines et sociales et plus particulièrement dans le champ de l’action sociale et des politiques publiques. Sans qu’ils soient exclusifs, nous prêterons attention aux travaux de sociologie des sciences. En outre, nous nous intéresserons aux recherches qui, dans une perspective de sociologie historique, permettront d’expliquer l’apparition progressive du non-recours au sein d’une part, des institutions du social (administrations, collectivités territoriales, associations) et d’autre part, des productions universitaires.

La seconde entrée investiguera plus particulièrement le non-recours à l’aune de la recherche-action. Sans que cette dernière ne se mue nécessairement en recherche engagée ou en recherche militante, sa conduite ne contribue-t-elle pas à renforcer la saillance du non-recours ? Les contributeurs pourront alors analyser les effets de leurs recherches et de leur présence dans les institutions du social, voire dans la mise en place de politiques publiques.

 

 

 

Axe 2 – Les changements de paradigmes dans le travail social 

 

Il s’agit dans ce deuxième axe de partir du double questionnement suivant : en quoi le non-recours nous donne t-il l’occasion de saisir les transformations du travail social ? Comment ce dernier réinvente-t-il le non-recours ? En effet, nous pouvons faire le constat d’un changement de paradigme conduisant à l’interrogation suivante : l’impératif de rentabilité conduisant à la mise en œuvre d’un processus de rationalisation et de productivité de l’action des professionnels du social se serait-il substitué au schéma plus classique de l’assistance venant en aide aux nécessiteux ?

Cette injonction à rentabiliser l’action réalisée trouverait à s’illustrer dans le processus d’évaluation constant des dispositifs suscité par les institutions elles-mêmes. A cette évaluation s’adjoindraient une logique économique et managériale. Or, le non-recours ne serait-il pas une manifestation symptomatique de cette logique de rationalisation ? Ou encore, en quoi le travail social – appuyé par le politique – se servirait-il du non-recours pour légitimer ses actions ? Ainsi, l’usage du non-recours, ne viendrait-il pas légitimer les actes accomplis : multiplication des dispositifs par exemple et, dans le même temps, « normalisation » du travail social.

 

Axe 3 – La vaine recherche d’une adéquation entre « offre » et « besoin »

 

Peut-on considérer que le travail social était « dirigé par la demande » et qu’il serait aujourd’hui « dirigé par l’offre » ? Dit autrement, est-ce que l’on serait passé d’une logique où l’identification d’un besoin de droits et de services sociaux engendrait la mise en place d’une aide à une logique où l’on interrogerait davantage l’offre ? Or, en questionnant l’offre ne ferait-on pas émerger le besoin ? Ainsi, il s’agirait moins d’analyser le besoin réel et objectivé que le besoin socialement construit voire réifié.

Aussi, si le non-recours est souvent imputé à la complexité des démarches, de l’accès à l’information etc. qui sont autant de difficultés à prendre en compte, le non-recours ne réside-t-il pas aussi dans la difficulté des ayants droit à répondre aux normes édictées par les institutions du social ? Nous prêterons ici particulièrement attention aux communications prenant au sérieux les manières dont ces hommes et ces femmes au-delà des problèmes de papiers, d’accès à l’information etc. vont pouvoir comprendre, s’approprier ou encore résister aux codes tout en manifestant parfois un assentiment de façade. Le non-recours n’est-il pas lié à cette résistance plus ou moins consciente de ne pas vouloir faire sienne la norme édictée ?

Parce qu’il y aurait une difficulté pour les professionnels de l’intervention sociale à s’inscrire dans un travail devenu très technique et orienté par les politiques sociales, en filigrane, nous chercherons à savoir dans quelle mesure le non-recours est à mettre en lien avec les changements de prise en charge de la pauvreté et ainsi avec l’évolution des politiques publiques ? Serait-on face à une autre manière de dire, de considérer, de traiter la pauvreté ? Ainsi, ici, il s’agit également de questionner les pratiques des professionnels de l’intervention sociale en tant que leurs évolutions, voire l’épuisement de leurs modèles, ne sont pas étrangères aux « manières d’être pauvres » face à eux.

 

Axe 4 – Les ayants droit : trajectoires et expériences

 

Comme souligné, les représentations et pratiques des ayants droit retiendront tout particulièrement notre attention. Cet intérêt porté aux expressions, aux sens attribués aux aides sociales auxquelles on accède – ou non – méritent d’être mis en perspective en s’intéressant d’une part, aux trajectoires institutionnelles – et corollairement biographiques – des ayants droit et d’autre part aux expériences, c’est-à-dire aux manières dont les personnes perçoivent leur situation alors qu’elles sont conditionnées par des cadres sociaux qui les déterminent. Dit autrement, comment les ayants droit négocient-ils entre leurs représentations du système social et les déterminants sociaux ?

Par ailleurs, cette approche devrait, à nouveau, nous conduire à interroger nos outils conceptuels : quelles sont les catégories (usages sociaux, expériences vécues, trajectoires sociales etc.) permettant d’aborder les représentations et pratiques des ayants droit sans reprendre les terminologies des professionnels du social (accompagnement, travail d’intégration etc.) ? Au-delà du non-recours quelle matrice d’analyse conceptuelle peut être opérante ?

 

 

 

 

 

 

Calendrier et modalités de soumission des propositions de communication :

 

Ce colloque s’adresse à tous les chercheurs, doctorants, post-doctorants de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales.

 

Les propositions de communication de 5000 signes maximum (espaces compris) indiqueront le(s) terrain(s) étudié(s), la méthode utilisée et les hypothèses ou résultats qui seront exposés en lien explicite avec l’appel à communication. Les contributeurs joindront également une succincte notice biographique.

Les réponses sont à adresser, avant le 24 juin 2013, à l’adresse mail suivante : colloque.ouest@gmail.com.

 

Le comité de sélection informera les contributeurs des communications retenues à la mi-juillet 2013.

 

Dès lors, les contributeurs devront faire parvenir leur communication début novembre2013. La date exacte sera communiquée ultérieurement.

 

Responsables scientifiques :

 

Erwan Autés (Université de Nantes/Centre Nantais de Sociologie)

Samuel Delépine (Université d’Angers/Espaces et Sociétés)

Estelle D’Halluin (Université de Nantes/Centre Nantais de Sociologie)

Pascale Moulévrier (Université Catholique de l’Ouest/Centre Nantais de Sociologie)

Manuella Roupnel (Université d’Angers/Espaces et Sociétés)

Julie Voldoire (MSH Nantes/Centre Emile Durkheim/Sciences Po Bordeaux)

 

Les méthodes d’enquête pour le terrain conduit au CCAS d’Angers

L’investigation empirique, empruntant tant à la méthode qualitative que quantitative, conduite au CCAS d’Angers de juillet 2012 à mars 2013 a permis jusque-là :

– de collecter des données issues des archives du CCAS;

– de réaliser des observations de type ethnographique à l’accueil social et lors de diverses manifestations ou événements du CCAS (Journée Agir Ensemble – oct. 2012, plénière du comité d’usagers – sept.2012, etc.)

– de conduire des entretiens semi-directifs approfondis avec les professionnels (31 personnes) autant qu’avec les ayants-droits (24 personnes);

– de mener des entretiens collectifs (ou focus group) avec les membres du comité d’usagers du CCAS (« groupe-chantier accès aux droits et aux services sociaux »);

– d’explorer la base de données du CCAS.

La réalisation de ce terrain d’enquête est conçue comme une co-construction et engage autant les professionnels du CCAS que les chercheurs de OUEST.

Travail avec le Comité d’Usagers du CCAS d’Angers

Dans le cadre du terrain réalisé au sein du Centre Communal d’Action Sociale d’Angers, 4 séances ont été conduites avec les usagers du CCAS d’Angers entre septembre 2012 et avril 2013 :  groupe-chantier intitulé « accès aux droits et aux services sociaux ». Ces séances d’une durée d’une heure trente ont été l’occasion d’expérimenter la méthode du focus group. Cette activité s’inscrit directement dans le cadre de la recherche-action conduite par les chercheurs du projet OUEST.  En effet, ces séances ont été co-construites avec les équipes du CCAS (Caroline Bodineau, Annie Denieulle et Aline Bellanger) et de la Ville d’Angers (Carolina Bénito), les élus de la Ville d’Angers (Rachida Ouattara) et les chercheurs de OUEST (Manuella Roupnel et Julie Voldoire). Après avoir recueilli les témoignages d’une vingtaine de membres du comité d’usagers, ces séances ont alors donné lieu à une véritable réflexion pour l’amélioration de l’accès aux droits et aux services du CCAS. Les conclusions du groupe seront partagées, par les usagers, lors de la plénière du Comité d’Usagers du 9 avril 2013.