Petit-déjeuner de restitution aux professionnels de la ville et du CCAS d’Angers

Après avoir conduit une investigation empirique au sein du CCAS d’Angers, une rencontre avec une trentaine de professionnels, interviewés dans le cadre de l’enquête, permettra de revenir sur les hypothèses de travail jusque-là formulées par l’équipe scientifique du projet OUEST et de les confronter aux points de vue des professionnels. Ainsi, ce petit-déjeuner de restitution, qui aura lieu le 25 mars dans les locaux de la ville d’Angers, permettra de travailler à approfondir, dans le cadre d’une recherche-action, les perceptions que les uns et les autres se font de la catégorie de « non-recours aux droits et aux services sociaux ».

OUEST

Ce carnet de recherche porte sur la question de l’accès aux droits et prestations sociales dans une perspective locale. C’est la question qu’ambitionne d’interroger le projet OUEST, projet soutenu par la Région des Pays de la Loire, dans le cadre de l’appel à projets « Expertise au profit du territoire 2011 ».

Envisagée comme porte d’entrée principale pour appréhender l’accès aux droits et aux services sociaux, la notion de non-recours conduit les chercheurs du projet OUEST aux questionnements suivants :
–  Y a t-il adéquation entre d’une part, la création de droits et de services sociaux et d’autre part, les besoins des populations considérées ? Il s’agit de s’interroger sur les instruments des politiques publiques, sur les usages sociaux des droits et sur les pratiques et représentations des professionnels de l’action sociale et des ayants-droit.
–  Est-on face à un élargissement du champ du social et du « régime de l’assistance » face à des populations qui ne sont plus les publics « traditionnels » de l’action sociale mais celles de la « précarité contemporaine » ? Qui sont ces hommes et ces femmes? Comment les institutions du social peuvent-elles répondre (ou pas) à la polymorphie de cette « précarité contemporaine »? Une des ambitions du projet OUEST est de cerner le non-recours à travers des usagers autant que des bénéficiaires potentiels (mais non usagers), pour donner une cohérence d’ensemble.
–  Concomitamment, est-ce que le régime de garantie des droits sociaux et de la protection sociale s’érode ? Aboutit-on alors à une redéfinition des rôles entre l’Etat et les collectivités locales ? La question posée est donc celle, pour ce qui concerne le champ du social, du transfert de compétences aux collectivités locales.