« Le non-recours est devenu un fait social très en vogue »

L’équipe scientifique du projet OUEST (Manuella Roupnel et Julie Voldoire) a été interviewée par Le Canard Social. Les propos ont été recueillis par Frédérique Letourneux et ont donné lieu à l’article suivant : « Le non-recours est devenu un fait social très en vogue » publié le 16 mai 2013 dans Le Canard Social.

Présentation de l’article : « Comment expliquer le non-recours à certaines aides sociales d’urgence ? Tel est l’un des axes de recherches du projet de recherche Ouest financé par la région Pays de la Loire. Entretien avec Manuella Roupnel et Julie Voldoire, les deux sociologues qui travaillent sur le sujet. Premières pistes et résultats. »

Lien vers l’article :

http://www.lecanardsocial.com/ArticleFil.aspx?i=1173

 

 

 

Un an plus tard… bilan de l’investigation empirique au CCAS d’Angers

En juillet 2012 l’équipe du projet OUEST amorçait l’enquête avec le CCAS d’Angers concernant son axe 3. Nous revenons, un an plus tard, sur le chemin accompli en termes d’investigation empirique.

  • Juillet 2012-février 2013 : réalisation de 31 entretiens avec des professionnels du CCAS d’Angers (agents d’accueil, travailleurs sociaux, responsables de pôles, direction etc.). Ce travail poursuit l’objectif de rendre compte des manières dont les professionnels du social s’emparent ou non de la catégorie de « non-recours aux droits et aux services sociaux », de comprendre comment cette catégorie peut influencer ou non leurs pratiques professionnelles. A l’issue de ce terrain, il nous semble notamment important de prendre au sérieux dans l’analyse les controverses pouvant se faire jour à ce sujet au sein de l’institution.
  • Septembre 2012-juillet 2013 : conduite de 31 entretiens avec des ayants droit sur le territoire Angevin. Ce corpus compte des trajectoires non pas représentatives mais tout du moins singulières des usagers ou usagers potentiels du CCAS d’Angers. En effet, le corpus se caractérise par une grande diversité de parcours qui permettra la prise en compte de variables sociologiques plurielles dans l’analyse. Ici, nous avons mené les entretiens en nous attachant à décrire les rapports à l’institution saisis en terme d’expériences.
  •  Septembre 2012-avril 2013 : mise en place de 6 séances de focus group en s’appuyant sur le Comité d’Usagers du CCAS et plus particulièrement sur le groupe chantier « accès aux droits et aux services sociaux ». Ces entretiens collectifs ont réuni une vingtaine de personnes (membres du comité d’Usagers). Ils ont été l’occasion moins de travailler sur les expériences que de débattre sur le non-recours.

Ce travail a conduit à la rédaction d’une communication pour le prochain congrès de l’AFS (Septembre 2013, Nantes) intitulée: « Les Comités d’Usagers à l’épreuve du non-recours aux droits. Une participation encadrée, une participation tiraillée » (Manuella Roupnel, Julie Voldoire).

  • Pour compléter ce travail de terrain plusieurs observations non-participantes ont été faites en divers lieux du CCAS : accueil social, lors des visites à domicile, événements institutionnels, réunions internes etc. donnant une dimension ethnographique à cette investigation empirique.

Nous remercions ici très sincèrement le CCAS d’Angers pour son implication, avec nous, dans ce travail de terrain.

Les réflexions avancent avec le CCAS d’Angers

Dans le cadre de la recherche conduite avec le CCAS d’Angers (axe 3 du projet OUEST – Accès aux aides municipales d’urgence), deux bilans provisoires ont été faits avec des professionnels du social du territoire angevin.

Le premier événement était à l’initiative de l’équipe de recherche du projet OUEST: petit-déjeuner de restitution auprès des professionnels du CCAS d’Angers (25 mars 2013). Il s’est agi d’échanger avec une vingtaine de professionnels du CCAS qui s’étaient impliqués dans l’enquête notamment en acceptant de participer à des entretiens semi-directifs approfondis conduits entre juillet 2013 et février 2013. Ce temps a permis de travailler conjointement aux hypothèses de travail en cours d’élaboration et ainsi de les valider ou de les invalider. En témoigne le débat que nous avons pu avoir autour de la question suivante: l’apparition de la préoccupation « non-recours » au sein de l’institution est-elle le reflet d’une volonté de renforcer la cohésion sociale ou le témoin d’une « politique de la compassion »? Cette rencontre a donc permis de préciser les objectifs et ambitions de l’axe 3 du projet OUEST.

Le  deuxième événement était, quant à lui, à l’initiative du CCAS d’Angers. En effet, nous avons été conviés, à participer au sein de l’Institut Municipal à participer à l’un des Ateliers de la Solidarité (18 avril 2013). Hormis l’équipe du projet OUEST, l’ANSA (Agence Nouvelle des Solidarités Actives) avait également été conviée. L’intervention de Vanessa Ly (ANSA) et celle de OUEST (Julie Voldoire) ont permis d’étayer deux regards sur la question du non-recours aux droits et aux services sociaux. La première intervention (ANSA) a été l’occasion de faire un bilan à partir de réflexions conduites à l’échelle nationale alors que la seconde intervention (OUEST) a développé un point de vue localisé (territoire angevin). Le public était composé de professionnels du social (institutions et associations) qui ont permis des échanges fructueux et ont ouvert à de potentiels nouveaux partenariats pour OUEST.

Pour synthétiser ces deux événements, une pièce jointe (Pdf) peut-être consultée: PremièreSynthèse_Travaux_Angers

Les méthodes d’enquête pour le terrain conduit au CCAS d’Angers

L’investigation empirique, empruntant tant à la méthode qualitative que quantitative, conduite au CCAS d’Angers de juillet 2012 à mars 2013 a permis jusque-là :

– de collecter des données issues des archives du CCAS;

– de réaliser des observations de type ethnographique à l’accueil social et lors de diverses manifestations ou événements du CCAS (Journée Agir Ensemble – oct. 2012, plénière du comité d’usagers – sept.2012, etc.)

– de conduire des entretiens semi-directifs approfondis avec les professionnels (31 personnes) autant qu’avec les ayants-droits (24 personnes);

– de mener des entretiens collectifs (ou focus group) avec les membres du comité d’usagers du CCAS (« groupe-chantier accès aux droits et aux services sociaux »);

– d’explorer la base de données du CCAS.

La réalisation de ce terrain d’enquête est conçue comme une co-construction et engage autant les professionnels du CCAS que les chercheurs de OUEST.

Travail avec le Comité d’Usagers du CCAS d’Angers

Dans le cadre du terrain réalisé au sein du Centre Communal d’Action Sociale d’Angers, 4 séances ont été conduites avec les usagers du CCAS d’Angers entre septembre 2012 et avril 2013 :  groupe-chantier intitulé « accès aux droits et aux services sociaux ». Ces séances d’une durée d’une heure trente ont été l’occasion d’expérimenter la méthode du focus group. Cette activité s’inscrit directement dans le cadre de la recherche-action conduite par les chercheurs du projet OUEST.  En effet, ces séances ont été co-construites avec les équipes du CCAS (Caroline Bodineau, Annie Denieulle et Aline Bellanger) et de la Ville d’Angers (Carolina Bénito), les élus de la Ville d’Angers (Rachida Ouattara) et les chercheurs de OUEST (Manuella Roupnel et Julie Voldoire). Après avoir recueilli les témoignages d’une vingtaine de membres du comité d’usagers, ces séances ont alors donné lieu à une véritable réflexion pour l’amélioration de l’accès aux droits et aux services du CCAS. Les conclusions du groupe seront partagées, par les usagers, lors de la plénière du Comité d’Usagers du 9 avril 2013.

Petit-déjeuner de restitution aux professionnels de la ville et du CCAS d’Angers

Après avoir conduit une investigation empirique au sein du CCAS d’Angers, une rencontre avec une trentaine de professionnels, interviewés dans le cadre de l’enquête, permettra de revenir sur les hypothèses de travail jusque-là formulées par l’équipe scientifique du projet OUEST et de les confronter aux points de vue des professionnels. Ainsi, ce petit-déjeuner de restitution, qui aura lieu le 25 mars dans les locaux de la ville d’Angers, permettra de travailler à approfondir, dans le cadre d’une recherche-action, les perceptions que les uns et les autres se font de la catégorie de « non-recours aux droits et aux services sociaux ».