« L’accès aux droits et le non-recours en questions » : journée d’étude de la CNAF – Le 09/12/2014

La Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) organise le 9 décembre 2014 (9h30-17h) une journée d’étude sur le thème de l’accès aux droits et du non-recours (« L’accès aux droits et le non-recours en questions ») à la Maison de la Mutualité (24 rue Saint  Victor, 75005 Paris).

Résumé: L’accès aux droits est un axe majeur de l’action des caisses d’allocations familiales et la thématique de nombreux travaux d’études et de recherches soutenus par la Caisse nationale des Allocations familiales. Au programme de cette journée d’études sur l’accès aux droits et le non-recours : des travaux récents en matière d’accès aux droits et aux prestations et des échanges entre chercheurs et représentants des administrations et des associations au sujet des moyens de lutte contre le non-recours. Son objectif est également de recueillir des pistes de recherches et d’études à mener pour enrichir les réflexions de la branche Famille.

Pour plus d’informations et le programme de la journée: programmeDseraccesdroits

XVème Atelier International de Recherche et d’Actions sur les inégalités sociales et les discriminations – Grenoble -24 oct. 2014 – Odenore/CREMIS

 

INVITATION

XVème Atelier International de Recherche et d’Actions

sur les inégalités sociales et les discriminations

Les inégalités sociales et le recours aux soins et aux services sociaux :

Freins et innovations dans les pratiques d’accompagnement et de reconnaissance

 Hôtel de Ville de Grenoble, 24 octobre 2014 de 9h à 17h

 

INSCRIPTION GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES SUR LE SITE

http://aira.sciencesconf.org/

 

  • Organisé par l’Observatoire des non-recours aux droits et services (ODENORE) et
  • le Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS).

 

Les équipes de l’Odenore et du Cremis ont le plaisir de vous inviter à participer au XVème Atelier International de Recherche et d’Actions sur les inégalités sociales et les discriminations, le vendredi 24 octobre 2014, de 9h à 17h, à l’Hôtel de Ville de Grenoble.

 

Cette journée ouverte au public sera l’occasion de mettre en discussion le contenu d’une semaine de travail autour du thème :

 

« Les inégalités sociales et le recours aux soins et aux services sociaux : freins et innovations dans les pratiques d’accompagnement et de reconnaissance ».

 

L’intention de ces ateliers est de rassembler des acteurs concernés par la thématique et issus d’horizons différents (professionnels du travail social, responsables institutionnels, responsables politiques, représentants d’usagers, militants, chercheurs, étudiants…) afin de s’enrichir collectivement du croisement des regards, des approches et des savoirs.

 

Nous souhaitons des participants à cette journée de restitution/mise en discussion qu’ils prennent toute leur place dans cette dynamique collective et puissent venir y puiser de quoi nourrir leurs réflexions et leurs pratiques !

CONTACT : aira@sciencesconf.org

Camille GUIPOUY

Sciences Po Grenoble

Stagiaire à l’ ODENORE

Observatoire DEs NOn-REcours aux droits et services

Les raisons du non(moindre)-recours à la formation

Enquête en cours de réalisation par Manuella Roupnel …

Hissée de plus en plus au rang d’impératif pour conserver son emploi ou en retrouver un, la formation est en outre appréhendée dans une approche individualisante et dans la perspective de sécurisation des trajectoires professionnelles. Pourtant l’accès des candidats à celle-ci est heurté de multiples problèmes et traversé par de larges disparités (de catégorie professionnelle, de diplôme, d’âge, de sexe…). Cette enquête ambitionne d’interroger le regard que les chômeurs portent sur la formation ainsi que son rôle dans leur chance de réinsertion professionnelle.

Une enquête de la DARES en 2013 révèle qu’un peu plus de la moitié des demandeurs d’emploi déclare avoir éprouvé des difficultés pour accéder à la formation et notamment aux formations qualifiantes[1]. Les raisons connues ou pressenties à cet état de fait sont de plusieurs ordres. Il est possible, sur les pas de Philippe Warin (2008, 2013), d’interroger le type de motifs qui sous-tendent le non-recours aux droits à la formation en trois catégories distinctes[2]. Le premier type de problème relevé dans un rapport sur « La formation professionnelle des demandeurs d’emploi » (Marx, 2010) est celui de la méconnaissance des formations disponibles. Y compris dans les entreprises, pourtant toutes soumises à l’obligation d’y consacrer une partie de la masse salariale, l’offre de formation n’est pas considérée comme connue par tous les salariés. Les problèmes sont plus prononcés pour les demandeurs d’emploi qui font face à plusieurs interlocuteurs possible : « Les financeurs, l’Etat, les Régions ne disposent pas en temps réel d’une information sur le nombre de places de formation « occupées » par rapport au total des places financées. Quelles sont les places disponibles, les taux de saturation…? » (Marx, 2010, p. 38). Il faut ajouter à cela l’aspect pléthorique et disparate de l’offre, son manque de visibilité et de lisibilité qui résulte en bonne partie de la variété des financeurs de formation (Région, Pôle Emploi, Etat, Agefiph) et donc d’«  un chevauchement des dispositifs, des actions, de leur calendrier de programmation et souvent (à) une superposition des critères d’entrée dans les actions»[3].

Le deuxième grand type d’obstacle que l’on peut repérer est qu’en dépit de leur souhait d’entrer en formation, les individus s’en sentent empêchés en raison notamment (mais pas seulement) du coût qu’elle représente. Celle-ci est en effet considérée comme trop chère par 42% des personnes au chômage souhaitant faire une formation (contre 28% des personnes en emploi[4]) et 37% déplorent ne pas avoir reçu le soutien d’un organisme public et 30% de leur employeur (Aude et Pommier, 2013). La différence entre chômeur et salariés provient certainement du fait que le financement de la formation est en grande partie assuré par les entreprises, celles-ci concourant à plus de 40 % des dépenses nationales dans ce domaine (Aude, Pommier, 2013, p. 34).

Enfin, il faut ajouter la non-demande exprimée par les demandeurs d’emploi[5] . Parmi les personnes au chômage ne souhaitant pas faire de formation, 71% déclarent ne pas en avoir le besoin (79% des personnes en emploi). Les origines de ce qui est désigné comme un manque « d’appétit » ou « d’appétence » à la formation (Fournier, 2004) sont encore mal identifiées mais semblent à chercher dans la perception de celle-ci et dans les bénéfices perçus en termes d’insertion professionnelle ou de maintien dans l’emploi.

« L’intériorisation de schémas tels que le fait de s’estimer d’un niveau trop faible, de se sentir diminué ou trop âgé, d’entretenir une distance avec un monde de la formation jugé peut-être trop académique, affecte tout particulièrement une frange de la population privée d’emploi qui considère alors que la formation n’est pas pour elle. » (Fournier 2004)

Cette recherche ambitionne d’apporter un éclairage sur les freins à la formation des chômeurs, notamment pour les moins qualifiés d’entre eux, en recherchant les déterminants sociaux influençant ce qui est trop vite considéré comme une moindre inclination pour la formation.

Un deuxième type de questionnement portera sur les effets de la formation sur la réinsertion professionnelle. Il faut ajouter les difficultés à présenter son rôle réel sur l’insertion professionnelle, notamment quand celle-ci est suivie hors du cadre de l’entreprise. C’est aussi dans le contexte économique et social de l’entreprise que s’appréhende mieux l’adéquation entre la demande de compétences et l’offre de celles-ci, la situation du devenir des chômeurs en formation étant mal connue.


[1] « 55 % des personnes qui se déclarent au chômage à la date de l’enquête auraient souhaité suivre une formation au cours des 12 mois écoulés (ou une formation supplémentaire, s’ils en ont déjà suivi au moins une), mais leur projet n’a pas abouti ; cette proportion n’est que de 37 % parmi les personnes ayant un emploi.(Aude, Pommier, 2013)

[2] Il discerne un non-recours dû la non-connaissance. Les personnes ne recourent pas à leur droit ou aux services auxquels elles pourraient prétendre car elles ne savent pas et donc n’en font pas de demande. Le problème pointé ici est celui de l’accès à l’information et de l’état de la communication. Philippe Warin a distingué un deuxième type de non-recours qu’il qualifie secondaire, le non-recours par non-réception : les personnes sont empêchées de recourir à leur droit bien qu’elles en aient fait la demande. Elles ne peuvent y recourir pour des raisons pas uniquement procédurales : due à la complexité des démarches mais pour d’autres raisons

[3] Document cadre relatif à la formation professionnelle, non daté, non signé, p. 4

[4] Outre le coût de la formation, les responsabilités familiales pour 39% des personnes en emploi (Aude, Pommier, 2013)

[5] « Parmi les personnes au chômage, 45 % n’ont pas souhaité suivre de formation supplémentaire, voire pas de formation du tout.» (Aude, Pommier, Source : Insee, enquête sur la Formation des adultes 2012.).

Bibliographie en cours

Synthèse de l’intervention – Congrès Mondial de Science Politique (IPSA) – Montréal – Juillet 2014

Julie Voldoire interviendra au congrès de l’IPSA qui a lieu pour son édition 2014 à Montréal autour d’une communication intitulée: « Reproduire les inégalités au sein d’un dispositif de démocratie participative: le Comité d’usagers d’un centre communal d’action sociale (CCAS) » et dont voici le résumé:

« Cette communication entend analyser les logiques d’inclusion et d’exclusion d’ayants droit au sein d’une institution du social : un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Pour ce faire, nous étudions un des dispositifs de démocratie participative mis en place par cette dernière, à savoir son Comité d’Usagers (CU). Dans le cadre d’une recherche portant sur l’accès aux droits et aux services sociaux, nous avons effectivement investi le CU de ce CCAS qui, pour son quatrième mandat, avait mis sur pieds un groupe de travail intitulé : « améliorer l’accès aux droits et aux services sociaux ». Cet argumentaire repose sur l’exploration de six focus group réalisés avec les usagers du groupe de travail susmentionné, d’entretiens individuels conduits avec certains des participants et de deux observations participantes (plénières du CU). Cette investigation empirique a révélé une tension : la compréhension par les participants des règles du jeu institutionnel, voire une intériorisation de l’injonction « à être ce que l’institution veut que l’on soit » versus les manières dont ces mêmes participants tentent d’infléchir l’injonction « à être » et « à agir ». Qu’est-ce que les regards portés par les usagers sur la question de l’accès aux droits et aux services sociaux permettent de comprendre du processus délibératif que le CU est censé incarner ; une délibération qui ne s’effectue pas sans contraintes ? Dit autrement, le Comité d’Usagers s’inscrit-il bien dans une démarche de démocratie participative ou est-on face à un paradoxe au sens où la liberté d’expression ne serait qu’illusoire ?
Comment cette instance rend-elle particulièrement saillante les logiques d’inclusion et d’exclusion à l’œuvre au sein de l’institution ? Il s’agit donc de faire l’’hypothèse que le rôle de « représentant » qui est donné à ces usagers et la forme de requalification sociale qui est idéalement attachée à ce rôle sont largement mis en péril au point de reproduire les inégalités préexistantes : actif/chômeur, homme/femme, migrant/non-migrant etc. »

Cette intervention fait notamment suite à l’enquête conduite au sein de l’axe 3 du projet OUEST.

Pour plus d’information sur le congrès: http://www.ipsa.org/my-ipsa/events/montreal2014/panel/political-participation-social-movements-and-their-effects-quality

Pour une synthèse de l’intervention: IPSA_JulieVoldoire

Journée d’étude 16 octobre 2014 à la MSH Ange-Guépin CPER 10 LLSHS

 

Le projet OUEST se prolonge au travers de l’action CPER 10 LLSHS qui ambitionne de former une communauté de recherche au niveau de la région Pays de la Loire, autour des questions de chômage, d’emploi et d’activité flexible. Parmi l’ensemble des axes pouvant se dégager, celui du non-recours ou du très faible accès à la formation des demandeurs d’emploi ouvre un champ d’étude peu investigué bien que situé au cœur des mesures gouvernementales de lutte contre le chômage. Ouverte aux universitaires économistes, géographes, juristes, psychologues, sociologues ou sciences de l’éducation dont les travaux portent sur le marché du travail, la journée d’étude du 16 octobre 2014 sera aussi l’occasion de faire émerger diverses thématiques telles que : les mécanismes de discrimination à l’embauche, la conciliation vie professionnelle / vie familiale, les  effets du chômage et de la précarité professionnelle sur la santé et les relations sociales, les dynamiques du marché de l’emploi, les dispositifs d’insertion….

Manuella Roupnel

AAC J.E Chômage, sous-emploi et activité flexible juillet

Les actes du colloque sont en ligne !

Ces actes du colloque OUEST qui s’est tenu le 6 décembre 2013 à la SFR Confluences d’Angers rassemblent les interventions de chercheurs de différentes disciplines en sciences humaines. A partir de publics et de thématiques variés (sociologie, géographie sociale, science politique et histoire), il s’agit d’une part de comprendre les raisons du non-recours aux droits et aux services et d’autre part, d’étudier l’apparition et le succès de la catégorie du « non-recours » dans le champs de l’action sanitaire et sociale.

Très bonne lecture

Manuella Roupnel Coordinatrice du projet OUEST

ACTES_COLLOQUES_OUEST_PDF

Intervention – Journée d’étude « Cibler, produire, mobiliser… gouverner les publics de l’action publique » (suite des travaux de l’axe 3)

Suite aux travaux conduits dans le cadre de l’axe 3 du projet OUEST, une intervention aura lieu dans le cadre de la Journée d’étude « Cibler, produire, mobiliser… gouverner les publics de l’action publique », organisée par le CEJEP (Université La Rochelle), PACTE (Université/IEP de Grenoble) et le Réseau « Publics, then, now and beyond » (Open University). Les responsables scientifiques de cette journée sont Alice Mazeaud (Université de la Rochelle) et Guillaume Gourgues (Université de Franche-Comté).

Elle aura lieu le 13 juin 2013 à la Faculté de droit, de Sciences politiques et de gestion, Université de La Rochelle.

Pour consulter le programme détaillé de cette JE: programme JE Publics Def

Poster de présentation d’une recherche en cours sur l’accès aux soins (axe 4)

Poster « les expériences différenciées de la consultation de la PASS et des représentations du système de soin français des patients migrants de plus de soixante ans »

L’équipe de l’axe 4 du projet OUEST présente une recherche en cours sous forme de poster au

Troisième colloque national des PASS à Chambéry « SOIGNONS ENSEMBLE, SOYONS ENSEMBLE »

La recherche porte sur les expériences différenciées de la consultation de la PASS et des représentations du système de soin français des patients migrants de plus de soixante ans.

Cette recherche a émergé du projet OUEST, financé par la région Pays de la Loire, et bénéficie du soutien technique et financier du Centre de Recherche Appliquée en Santé Publique (Crasp) du CHU de Nantes dirigé par le Professeur J. Barrier.

Bibliographie de référence du Poster

Aïach, P. (2010). Les inégalités sociales de santé. Paris: Economica-Anthropos.Berchet, C., & Jusot, F. (2010). L’état de santé des migrants de première et de seconde génération en France. Revue économique, 61(6), 1075-1098.

Berchet, C., & Jusot, F. (2011). Le renoncement aux soins des immigrés en France: les résultats de l’enquête Trajectoires et Origines.

Besson, M., Desmeules, J., Wolff, H., & Gaspoz, J. M. (2007). Automedication chez les sans-papiers latino-americains: entre le necessaire et l’inapproprié. Revue médicale suisse, 3(127), 2239-2243.

Carde, E. (2007). Les discriminations selon l’origine dans l’accès aux soins. Santé Publique, 19(2), 99-109.

Chiron, E. (2005). Prise en compte des immigrés vieillissants. Enquête auprès des migrants vieillissants de l’agglomération nantaise. Nantes: DRAS, ASAMLA.

Fassin, D. (2000). Introduction. Connaître et comprendre les inégalités sociales de santé. In D. Fassin, H. Grandjean & M. Kaminski (Eds.), Les inégalités sociales de santé (pp. 13-24). Paris: Recherches.

Glavany, M., Merer-Scanvion, A., Pascal, J., Lombrail, P., Barrier, J. H., & Agard, C. (2010). Précarité et santé après 60 ans : étude des consultants d’une permanence d’accès aux soins de santé d’un centre hospitalier universitaire français en 2008. Annales de Gérontologie, 3(2), 103-109.

Lombrail, P. (1999). A propos des liens entre santé et migration. Sciences sociales et santé, 17(4), 37-44.

Lombrail, P., Lang, T., & Pascal, J. (2004). Accès au système de soins et inégalités sociales de santé: que sait-on de l’accès secondaire? Santé, Société et Solidarité, 3(2), 61-71.

Merry, L. A., Gagnon, A. J., Kalim, N., & Bouris, S. S. (2011). Refugee Claimant Women and Barriers to Health and Social Services Post-birth. Canadian Journal of Public Health, 102(4), 286-290.

Pian, A. (2012). De l’accès aux soins aux «trajectoires du mourir». Les étrangers atteints de cancer face aux contraintes administratives. Revue européenne des migrations internationales, 28(2), 101-127.

Rode, A. (2008). La construction du « non-recours » aux soins des populations précaires et ses enjeux de légitimité. Paper presented at the Journées du RT6 (Protection sociale, Politiques sociales, Solidarité), La légitimité des politiques sociales en question, 17-18 janvier 2008, Maison des Sciences de l’Homme Alpes, Grenoble.

Rode, A. (2011). Non-recours aux soins et autonomie assumée. Récit d’enquête. ODENORE.

Samaoli, O. (2011). Vieillesse des immigrés: quelques interrogations d’actualité. Gérontologie et société, n°139(4), 67-75.

Affiche colloque PASS 2014

Programme et inscription – Colloque « Le non-recours en débat »

L’ensemble de l’équipe du projet OUEST (Offre, Usages et Expertise des Services au profit du Territoire) a le plaisir de vous inviter au :

Colloque

« Le non-recours en débat.

Expériences et usages des droits et des services sociaux

parmi les professionnels et les ayants droit » 

Vendredi 6 décembre 2013

8h30 / 17h30

Université d’Angers

SFR Confluences

Faculté des lettres, langues et sciences humaines,

 5 bis Bd Lavoisier | Angers

Réservation obligatoire avant le 2 décembre 2013

 

Ce colloque ambitionne de débattre du « non-recours » aux droits et aux services sociaux (logement, énergie, emploi, crédit, santé, etc.)

Il s’adresse à l’ensemble des acteurs impliqués dans le champ de l’action sociale et médico-sociale, aux chercheurs en Sciences Humaines et Sociales et à toute personne intéressée par la thématique de l’accès aux droits et aux services sociaux.
Vous trouverez le programme détaillé et le bulletin d’inscription pour cette manifestation en cliquant sur les deux liens suivants: 

Programme Colloque OUEST 

Bulletin d’inscription colloque OUEST

Renseignements :

MSH Ange-Guépin

Marie Guillet / Julie Voldoire – 02 40 48 39 51

colloque.ouest@gmail.com

 

 

 

Conférence – Accès aux droits et égalité de traitement (23/11/2013)

L’équipe du projet OUEST interviendra le 23 novembre 2013 dans le cadre de la manifestation Mix’Cité organisée par la Ville d’Angers (Cité des Congrès). Dans le cadre des cinq conférences prévues, Julie Voldoire animera l’une d’elle. Ce cycle de conférences s’organise comme suit :

14h-15h : Accès aux droits, égalité de traitement (Julie VOLDOIRE)

15h15-17h15 : Comment réduire les écarts pour garantir l’accès à l’emploi (Patrick SCHARNITZSKY, Jean-Baptiste DROUET, Jack JEROME, Didier SIMON)

15h15-16h30 : Plus d’égalité dans la différence – La place des familles dans les structures éducatives (Jacqueline COSTA LASCOUX)

17h30-18h45 : L’accès aux soins : pour tous ?  (Jacques DUBIN)

17h30-19h : L’humanité au pluriel, la génétique et la question des races (Bertrand JORDAN)

Pour plus d’informations sur les intervenants: http://www.my-angers.info/11/19/angers-mixcite-cinq-conferences-pour-reflechir-et-debattre/35181.

D’autres manifestations sont prévues autour de cette journée (expositions, films etc.).

L’entrée est libre et gratuite. Pour toute information complémentaire, merci de contacter :

VILLE D’ANGERS

Mission Égalité-Diversité

Tél. : 02 41 05 40 90

www.angers.fr

 Pour visualiser le programme: programme_angers_mixcite_2013_web

Suite aux rencontres sur la précarité énergétique : le point de vue de Ouest France

Pour faire suite à l’intervention de l’équipe OUEST (Julie Voldoire et Samuel Delépine) aux rencontres de la précarité énergétique organisées par EDF OUEST, vous trouverez ci-joint un article publié par Thierry Ballu dans Ouest France le 6 novembre 2013.

Pour visualiser l’article, vous pouvez vous reporter au lien suivant: OF 6_11_2013

 

 

Non-recours et précarité énergétique – Intervention au forum EDF (5 novembre 2013)

L’équipe du projet OUEST interviendra le 5 novembre 2013 dans le cadre des « Rencontres de la précarité énergétique » organisées par le groupe EDF OUEST qui auront lieu à la Cité des Congrès de Nantes.

Cette intervention prendra la forme d’une participation à une table-ronde portant donc spécifiquement sur le « non-recours« . Outre l’équipe OUEST seront présents : Alain Robert (Conseil général de Loire Atlantique), Danielle Alexandre (Secours Populaire de Loire Atlantique), Patricia Maupas (PIMMS Unir la ville), Gilles Morel (UDAF 35), Rose-Marie Véron (Ville d’Angers) et Michel Gonord (EDF).

Cette intervention préparée par Julie Voldoire et Samuel Delépine  s’inscrit notamment dans le cadre des travaux qui sont conduits au sein de l’axe 2 du projet OUEST: « Accès au logement et précarité énergétique ».

Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur ces rencontres ainsi qu’un bulletin sur le site d’EDF au lien suivant:

http://rencontresprecariteenergetiqueouest-edf.fr/accueil.aspx.

Atelier micro-crédit à Rezé les 16 et 17 octobre 2013

Les 16 et 17 octobre 2013 aura lieu un atelier sur le micro-crédit au forum interne du développement durable de la mairie de Rezé.

Ce forum a pour objectifs de présenter des actions mises en place dans les services en faveur du développement durable, de favoriser les échanges entre services autour du développement durable et de mettre les services et les agents en action dans la problématique de développement durable. Un atelier sera consacré au fonctionnement du micro-crédit personnel sur Rezé en lien avec le Crédit Mutuel et les enjeux du recours à ce dispositif par Pascale Moulévrier. Cette intervention est à inscrire dans l’axe 1 du projet OUEST

Pour plus d’informations sur le déroulé et le contenu de cet atelier, cf. le lien suivant : Intervention forum développement durablev4 oct2013

« Le non-recours est devenu un fait social très en vogue »

L’équipe scientifique du projet OUEST (Manuella Roupnel et Julie Voldoire) a été interviewée par Le Canard Social. Les propos ont été recueillis par Frédérique Letourneux et ont donné lieu à l’article suivant : « Le non-recours est devenu un fait social très en vogue » publié le 16 mai 2013 dans Le Canard Social.

Présentation de l’article : « Comment expliquer le non-recours à certaines aides sociales d’urgence ? Tel est l’un des axes de recherches du projet de recherche Ouest financé par la région Pays de la Loire. Entretien avec Manuella Roupnel et Julie Voldoire, les deux sociologues qui travaillent sur le sujet. Premières pistes et résultats. »

Lien vers l’article :

http://www.lecanardsocial.com/ArticleFil.aspx?i=1173

 

 

 

Un an plus tard… bilan de l’investigation empirique au CCAS d’Angers

En juillet 2012 l’équipe du projet OUEST amorçait l’enquête avec le CCAS d’Angers concernant son axe 3. Nous revenons, un an plus tard, sur le chemin accompli en termes d’investigation empirique.

  • Juillet 2012-février 2013 : réalisation de 31 entretiens avec des professionnels du CCAS d’Angers (agents d’accueil, travailleurs sociaux, responsables de pôles, direction etc.). Ce travail poursuit l’objectif de rendre compte des manières dont les professionnels du social s’emparent ou non de la catégorie de « non-recours aux droits et aux services sociaux », de comprendre comment cette catégorie peut influencer ou non leurs pratiques professionnelles. A l’issue de ce terrain, il nous semble notamment important de prendre au sérieux dans l’analyse les controverses pouvant se faire jour à ce sujet au sein de l’institution.
  • Septembre 2012-juillet 2013 : conduite de 31 entretiens avec des ayants droit sur le territoire Angevin. Ce corpus compte des trajectoires non pas représentatives mais tout du moins singulières des usagers ou usagers potentiels du CCAS d’Angers. En effet, le corpus se caractérise par une grande diversité de parcours qui permettra la prise en compte de variables sociologiques plurielles dans l’analyse. Ici, nous avons mené les entretiens en nous attachant à décrire les rapports à l’institution saisis en terme d’expériences.
  •  Septembre 2012-avril 2013 : mise en place de 6 séances de focus group en s’appuyant sur le Comité d’Usagers du CCAS et plus particulièrement sur le groupe chantier « accès aux droits et aux services sociaux ». Ces entretiens collectifs ont réuni une vingtaine de personnes (membres du comité d’Usagers). Ils ont été l’occasion moins de travailler sur les expériences que de débattre sur le non-recours.

Ce travail a conduit à la rédaction d’une communication pour le prochain congrès de l’AFS (Septembre 2013, Nantes) intitulée: « Les Comités d’Usagers à l’épreuve du non-recours aux droits. Une participation encadrée, une participation tiraillée » (Manuella Roupnel, Julie Voldoire).

  • Pour compléter ce travail de terrain plusieurs observations non-participantes ont été faites en divers lieux du CCAS : accueil social, lors des visites à domicile, événements institutionnels, réunions internes etc. donnant une dimension ethnographique à cette investigation empirique.

Nous remercions ici très sincèrement le CCAS d’Angers pour son implication, avec nous, dans ce travail de terrain.